Déc 8, 2017 in Formation professionnelle by
Réforme formation professionnelle : Qu’envisage le gouvernement pour 2018 ?

La ministre du travail, Muriel Pénicaud, a récemment dévoilé ses premières pistes au sujet de la réforme de la formation professionnelle. Découvrons ensemble les points d’amélioration envisagés par le gouvernement.

La nouvelle réforme de la formation professionnelle

Qui dit nouveau gouvernement, dit aussi réforme de la formation professionnelle. La ministre du travail, Muriel Pénicaud, a dévoilé il y a peu de temps les différentes pistes de sa réforme. Selon elle, il ne s’agira pas d’une simple réforme mais plutôt d’une véritable transformation pour la formation professionnelle.

Les objectifs de cette réforme seront d’améliorer l’insertion des jeunes sur le marché du travail, ramener vers l’emploi ceux qui en sont le plus éloignés et enfin proposer une nouvelle protection aux actifs pour une meilleure maîtrise de leur parcours professionnel. Pour cela, le gouvernement a envisagé plusieurs actions qui seront mises en place dans les mois à venir.

Les pistes d’amélioration envisagées par le gouvernement

Quatre pistes ont déjà été annoncées par la ministre du travail en ce qui concerne la réforme de la formation professionnelle :

La formation des demandeurs d’emploi
La 1ère piste d’amélioration citée par le gouvernement est le développement de la formation des demandeurs d’emploi avec 1,5 milliards d’euros investit dans le secteur.

La responsabilité des entreprises
Autre point d’amélioration : les entreprises et la formation. La réforme de la formation professionnelle aura pour objectif de responsabiliser d’avantage les entreprises face à la formation de leurs salariés. Elles devront notamment mieux garantir leur employabilité en cas de perte d’emploi et moderniser la formation en se tournant par exemple vers le digital.

Le renforcement de l’apprentissage
3ème piste envisagée par la ministre du travail, l’apprentissage qui est selon elle une voie de réussite avec plus de 70% d’emplois stables à l’issue. Aujourd’hui, seulement 7% des jeunes français sont apprentis (contre 15% en Allemagne par exemple). Fin 2015, le nombre d’apprentis était seulement d’un peu plus de 400 000, un chiffre qui peine à progresser malgré l’investissement des gouvernements précédents. La ministre envisage également d’améliorer la souplesse du contrat d’apprentissage et de travailler sur les différences de rémunération.

L’accessibilité du CPF
Enfin, dernière piste de la réforme de la formation professionnelle : le compte personnel de formation (CPF). Le CPF, réformé en 2015, est un compte ouvert à tous, dès l’âge de 15 ans pour les apprentis. Celui-ci est destiné aux salariés, aux indépendants mais également aux demandeurs d’emplois. Le nouveau gouvernement ne souhaite pas modifier celui-ci mais le rendre plus accessible aux utilisateurs, notamment avec le développement d’une application dédiée où pour chaque actif s’afficherai le nombre d’heures sur le compte, les offres d’emploi de sa région, les formations qui y sont préparées…

Cette nouvelle réforme de la formation professionnelle devrait prendre forme progressivement en 2018, après l’accord de chaque partie.

Tags: